Cercle des Camarades de la Culture et de la Politique

Forum non-orienté dédié à la culture et à l'entraide scolaire
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Fiche sur la conscience

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Uranium
Admin
avatar

Nombre de messages : 848
Localisation : Antibes
Date d'inscription : 18/01/2007

MessageSujet: Fiche sur la conscience   Dim 11 Mar - 1:02

La conscience


La conscience se donne comme la perception plus ou moins claire qu’un sujet peut avoir de lui-même, d’autrui ou du monde.

1. La conscience de soi
1.1. Conscience psychologique et conscience morale


Etymologiquement, le mot conscience signifie « savoir ensemble ». La conscience est cette lumière qui ramasse et unifie toute notre expérience. « Conscience ajoute à science ceci que les connaissances sont ensembles » écrit notamment Alain.
On distingue généralement la conscience spontanée, par laquelle nous apercevons simplement de ce qui se passe en nous et en dehors de nous, et la conscience réfléchie, qui désigne le retour (ou ré-flexion) de notre esprit sur lui-même.

La conscience morale implique la présence, en chacun, de valeurs qui l’aident à définir ce qui lui paraît bien ou mal (juger de la valeur morale de ses propres intentions). Elle débouche donc sur une question relative à l’origine de ces valeurs : me sont-elles fournies par une autorité extérieure (la famille, la société, ou Dieu) ? Ou est-ce moi qui les découvre ou les invente ? Pour Rousseau, c’est par la conscience morale, « principe inné de justice et de vertu », « juge infaillible du bien et du mal » que l’homme peut s’élever au dessus des bêtes et se rendre « semblable à Dieu ».
Quant à la conscience psychologique, elle peut à son tour se comprendre selon deux dimensions : d’une part, elle nous donne un savoir concernant nos actes (je suis conscient de ce que je vois en même temps que de voir) ; d’autre part, elle nous donne le sentiment d’être un moi singulier (le sujet s’affirme en s’opposant à tout ce qui n’est pas lui-même).

1.2. « Je pense, donc je suis »

Le cogito ergo sum de Descartes est l’affirmation que je suis en toute certitude une chose qui parle, un sujet doué de conscience. Descartes, à la recherche des vérités premières, décide de faire table rase de tout ce qu’il a appris jusque là : il suspend tout jugement par un doute hyperbolique.
Mais, il y a une vérité indubitable : quoi que je pense, je ne puis nier que je pense, et donc que j’existe au moment où je pense. Dans ses Méditations Métaphysiques, Descartes conclut que le cogito est vrai toutes fois où je le prononce ou que je le conçois dans mon esprit.
Cependant, les premiers lecteurs de Descartes ne comprirent pas ce qu’était le cogito. Ainsi, le philosophe Pierre Gassendi lui écrit : « Vous pouviez inférer la même chose de quelque autre que ce fût de vos actions » et dire par exemple « Je mange donc je suis ». Descartes lui répondra qu’il a révoqué tous les actes que nous connaissons par nos sens, parce qu’ils peuvent être illusoires (le rêve). Ainsi, il ne faut pas dire « Je me promène donc je suis », mais bien « Je pense que je me promène donc je suis ».



2. La conscience et le monde


Dès lors que l’enfant commence à parler de lui à la première personne, il met le monde à distance et affirme son identité personnelle. Auparavant, écrit Kant, il ne faisait que sentir, maintenant « il se pense ».
Ma conscience me sépare non seulement du monde, mais aussi comme l’a bien vu Sartre de moi-même. Par exemple, prendre conscience que je suis timide, c’est ne plus être timide aussi simplement. Désormais, il y a le « moi » qui est timide et le « je » qui sait que le « moi » est timide ». L’homme est conscient de ses états de conscience, se voit condamné à n’être jamais ce qu’il est, à ne jamais coïncider avec soi. Toute conscience est comédie.

3. La conscience et l’action
3.1. Le moi se révèle dans l’effort


Pour Maine de Biran (1766-1824), la conscience de soi relève d’un « sens intime » qui s’éveille avec le sentiment de l’effort. Au lieu du « Je pense, donc je suis », Maine de Biran pose un « Je fais effort, donc je suis ». La conscience apparaît alors comme la maîtrise du moi sur le « corps propre ».

3.2. « Conscience signifie choix »

C’est Bergson qui a développé cette idée. Il a montré que la conscience est étroitement liée à l’action. Ma tâche actuelle sollicite ma conscience. Ma conscience rassemble et organise mes expériences passées pour me préparer à affronter les évènements à venir.
Etre conscient, c’est chercher la meilleure solution d’un problème, c’est m’aviser que je peux agir de telle manière ou de telle autre. En ce sens, la conscience est liberté.

4. La conscience contestée


De tels efforts pour décrire le moi interne constituent-ils une connaissance générale (ou scientifique) de la conscience ? Rien n’est moins sûr. Même avant Freud, la suprématie de la conscience est contestée de divers points de vue.
Auguste Comte élabore une critique radicale de l’introspection, incapable de livrer des observations objectives et généralisables (il exclut donc la psychologie des sciences).
Marx souligne la présence, dans tout sujet, d’une conscience de classe, liée à la situation sociale et qui croit rendre compte de la réalité: la conscience bourgeoise se livre à des interprétations conditionnées par ses propres intérêts. Elle impose ses valeurs et sa vision des choses à la conscience ouvrière.
Nietzsche, rappelant que la conscience est « superflue pour l’essentiel » (je mange, respire ou marche sans en prendre conscience), remarque que toute prise de conscience est liée aux possibilités d’un langage collectif : elle trahit la singularité de l’individu, dont la
vérité est donc ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://culturama.frbb.net
Imagine
Van Damme
avatar

Nombre de messages : 544
Age : 27
Date d'inscription : 20/01/2007

MessageSujet: Re: Fiche sur la conscience   Dim 11 Mar - 15:05

Il serait bon de mieux développer les doctrines que tu cites, par exemple "Autrui est le médiateur indispensable entre moi et moi-même" (Sartre) appelle une interprétation gigantesque.
Tu pourrais également parler de l'intentionnalité Husserlienne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stcdp.bbfr.net/
Uranium
Admin
avatar

Nombre de messages : 848
Localisation : Antibes
Date d'inscription : 18/01/2007

MessageSujet: Re: Fiche sur la conscience   Dim 11 Mar - 15:06

J'ai fait court car je risque d'avoir une cinquantaine de fiches telles que celle-ci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://culturama.frbb.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fiche sur la conscience   

Revenir en haut Aller en bas
 
Fiche sur la conscience
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Conseils pour ma fiche d'explications sur le journal des lecteurs
» [Fiche de métier] Les Cost-Killers
» Fiche de culture Ferocactus glaucescens
» Fiche récapitulative sur les "grandes" règles d'orthographe????
» fiche client

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cercle des Camarades de la Culture et de la Politique :: Culturama :: Philosophie-
Sauter vers: