Cercle des Camarades de la Culture et de la Politique

Forum non-orienté dédié à la culture et à l'entraide scolaire
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Personnage historique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Roman
Cauet
avatar

Nombre de messages : 144
Age : 28
Localisation : antibes
Date d'inscription : 23/01/2007

MessageSujet: Re: Personnage historique   Mer 21 Fév - 15:59

tant que nous y sommes,un peu de lecture Wink


Extraits du livre "Un autre regard sur Staline" de Ludo Martens :

Concernant les Grandes Purges, le hongrois Gabor Tamas Rittersporn a publié en 1988 une étude sous le titre "Simplifications staliniennes et complications soviétiques", dans laquelle il affiche clairement son opposition au communisme.
Il dit cependant quelque chose d'interessant : "Qu'on essaie de rendre timidement publique l'analyse de matériaux presque totalement ignorés, et de replacer, à leur lumière, dans une perspective nouvelle l'histoire soviétique des années 30 et le role que Staline y a joué, et l'on découvrira que l'opinion accepte la mise en question des idées reçues dans des limites beaucoup plus étroites qu'on ne l'aurait pensé. L'image traditionnelle du phénomène "stalinien" est en réalité si puissante, et les jugements de valeurs politiques et idéologiques qui la sous-tendent sont d'un caractère tellement émotionnel, que toute tentative pour la corriger doit presque inévitablement apparaitre comme une prise de position par rapport aux normes généralement acceptées qu'elle implique. S'appliquer à montrer que la représentation traditionnelle de l'époque stalinienne est, à bien des égards, fort inexacte, équivaut ainsi à lancer un défi désespéré, non seulement aux schémas consacrés selon lesquels il convient de penser les réalités soviétiques, mais aussi aux pratiques langagières les plus communes. Malgré les apparences, il y a pourtant peu de périodes de l'histoire soviétique qui aient été étudiées aussi superficiellement que celle de la Grande Purge. En effet, après une lecture tant soit peu soigneuse de la littérature classique, on échappe difficilement à l'idée que celle-ci est souvent plus inspirée par les états d'esprit qui prévalent dans certains milieux occidentaux que par les réalités soviétiques des temps staliniens. Défense des valeurs consacrées de l'Occident contre toutes sortes de menaces réelles et imaginaires d'origine soviétique, affirmations d'expériences historiques indubitables aussi bien que d'a priori idéologiques de toutes sortes."

En langage clair, Rittersporn dit ceci : je peux prouver que la plupart des idées courantes sur Staline sont absolument fausses. Mais vouloir dire cela est une entreprise presque désespérée. Si vous affirmez, même timidement, certaines vérités indéniables sur l'URSS des années 30, vous vous faites taxer de "stalinien". La propagande bourgeoise a inculqué une image fausse mais extrèmement puissante de Staline, image qu'il est presque impossible de corriger tellement les émotions montent dés que vous abordez le sujet. Les livres sur les Purges écrits par les grands spécialistes occidentaux tels Conquest, Deutscher, Schapiro et Fainsod ne valent rien, ils sont superficiels et rédigés au mépris des règles les plus élémentaires que tout étudiant en histoire apprend en première candidature. En fait, ces ouvrages sont écrits pour donner une apparence académique et scientifique à la politique anticommuniste des milieux dirigeants occidentaux. Ils présentent sous des apparences scientifiques la défense des interets et des valeurs capitalistes et les a priori idéologiques de la grande bourgeoisie.

L'épuration dans le Parti et l'Armée a, globalement, réalisé son objectif. C'est vrai qu'il y a eu pas mal d'erreurs et de dégats qu'il n'était probablement pas possible d'éviter, vu la situation interne du Parti. La plupart des hommes de la cinquième colonne nazie sont tombés lors de l'épuration. Et lorsque les fascistes ont attaqué l'URSS, ils ont trouvé très peu de collaborateurs dans l'appareil de l'Etat et dans le parti.
Quand on entend les politiciens bourgeois d'Occident parler de la terreur absurde de Staline, on aimerait leur demander où ils étaient en 1940 quand les nazis ont occupé leurs pays. La grande majorité de ceux qui en Occident ont dénoncé l'épuration de Staline ont soutenu activement ou passivement le régime nazi. Quand on entend ces gens dire que l'épuration organisée par Staline était criminelle et absurde, on les comprend. Eux qui se préparaient à collaborer avec les nazis étaient de la même famille que la plupart des victimes de l'épuration.
Quand les nazis ont occupé par exemple la France, la résistance était au début presque inexistante. La grande masse a subi et accepté passivement l'occupation. Faisons la comparaison avec l'URSS. Dés que les nazis sont entrés en URSS, ils ont du affronter des militaires et des civils décidés à lutter jusqu'à la mort. L'épuration avait été accompagnée d'une campagne permanente de préparation politique et idéologique des travailleurs à la guerre de résistance.
C'est grace entre autres à la campagne d'épuration et à l'éducation qui l'a accompagnée que le peuple soviétique a trouvé la force de résister. S'il n'y avait pas eu cette volonté de s'opposer par tous les moyens aux nazis, les fascistes auraient pris Leningrad, Moscou et Stalingrad. Si la cinquième colonne nazie avait pu se maintenir, elle aurait trouvé un soutien parmi les défaitistes dans le parti.
La direction stalinienne renversée, l'URSS aurait capitulé, comme la France. Une victoire des nazis en URSS aurait eu comme effet que la tendance pro-nazie au sein de la bourgeoisie anglaise aurait pris le dessus sur le groupe de Churchill. Les nazis auraient probablement dominés le monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roman
Cauet
avatar

Nombre de messages : 144
Age : 28
Localisation : antibes
Date d'inscription : 23/01/2007

MessageSujet: Re: Personnage historique   Mer 21 Fév - 16:07

STALINE : ANGE OU DEMON?

Il est devenu évident que Staline fut un démon, maitre et inspirateur de l'Empire du Mal et de ces succursales, que dis-je l'alter-ego de Hitler, son frère jumeau et même ces derniers temps libéraux on nous explique que Hitler n'est que la conséquence de Staline.
Qu'il fut le dirigeant sanguinaire, irrationnel et psychopathe de l'Union Sovietique de1924 à 1953.
Pourtant face à ces fausses évidences nous devons tenter de rester ouverts, curieux et surtout de confronter ces articles de foi aux faits, qui "sont tétus"comme disait, l'autre diable, Lénine.
Voila un fils de cordonnier, qui, révolutionnaire professionnel, déporté une dizaine de fois en Siberie, dirigeant -parmi quelques autres- aux cotés de Lénine la Révolution d'Octobre 17, devient le chef de l' Union Soviétique aprés la mort du fondateur.
De quelle situation hérite-t-il ? Il la résume lui-meme en 1930 "nous retardons de 50 à 100 ans sur les pays avancés. Nous devons parcourir cette distance à 10 ans. Ou nous le ferons, ou nous serons broyés."
C'est ainsi que se pose la question, être ou ne pas être. Il fait le choix de faire vivre son pays, son peuple, son idéal révolutionnaire.
Pour cela, rien, aucun effort ne sera épargné, aucun sacrifice ne sera évité.Une société toute entiére tendue à l' éxtreme sera soumise à l'impératif : survivre quand le grand choc inéluctable viendra. Mais cette marche forcée acharnée, bien qu'elle demande des efforts et des privations inouis, apporte en même temps une améloration telle de la vie quotidienne, du plus modeste ouvrier de la plus éloignée des républiques soviétiques, que les masses adhérent au projet prométhéen de Staline et de ses Bolcheviks. Un véritable enthousiasme de masse souléve les montagnes et finalement, nous le savons tous, c'est cette Russie qui va écraser le nazisme et sauver la civilisation au prix d'une saignée dont l'ampleur nous est inconcevable : 27 millions de morts.....
Alors de distingués censeurs viennent nous dire: mais attendez! Vous sautez bien facilement sur l'odieux pacte de non-aggression germano-soviétique! Et il nous faudra modestement, car les temps sont durs, rappeler qu'avant le pacte il y eu les Accords de Munich et la volonté déclaréee des démocraties occidentales d'envoyer le molosse Hitler en finir avec ce communisme que le "cordon sanitaire" n'empéchait pas de métastaser partout. Et de rappeler, avec toujours beaucoup de modestie, comment les démocraties occidentales laissérent les fascismes égorger la république espagnole qui avait le mauvais gout d'être un peu trop rouge. Et de rappeler, avec encore plus de modestie, que toutes les offres soviétiques de sécurité collective entre elle et la France et l'Angleterre furent ignorées et méprisées.Que le brillant état-major francais dressait des plans de guerre contre l'URSS en pleine "drôle de guerre". Et que par conséquent Staline, n'ayant aucun autre choix, fut contraint de signer le Pacte qui lui permettait de gagner un espace et un temps précieux. Et que dire de sa conduite de la guerre qui fut exemplaire et qui aboutit à voir le drapeau rouge flotter sur Berlin.Mais rappeler cela n'est pas suffisant pour convaincre aprés 60 ans d'Hollywood, de soldats Ryan et de grandes évasions, aussi faut-il rappeler que sur les 196 divisions que comptait la Wermacht,176 combattirent contre les soviétiques sur le front de l'Est et que ce sont bien la défense de Moscou, la victoire de Stalingrad et celle de Koursk qui furent les vrais et les indiscutés tournants de la 2° guerre mondiale et enfin n'oublions pas que la bataille de Berlin couta 300.000 morts à l'Armée Rouge ce qui est l'équvalent du total des morts américains durant toute le guerre et sur tous les fronts...... Ne sous-éstimons pas le venin du révisionnisme historique : en 1945, 57% des francais considéraient l'URSS comme le principal vainqueur de la guerre, ils ne sont plus que 20% en 2005....
Enfin la paix revint et le nom de Staline était prononcé avec respect et reconnaissance dans le monde entier.
Mais une nouvelle guerre commenca aussitot: la guerre froide. Avec le même cynisme que quelques années auparavent, la parenthése de l'alliance anti-fasciste fermée, le monde capitaliste reprit son combat contre" l'Ogre de Moscou" et les mêmes calomnies utilisées par Goebbels reprirent du service, indéfiniment répétées jusqu'à devenir des vérités pour bien des gens de bonne foi. Non que Staline fut un tendre qui tendait la joue gauche quand la droite était frappée, non cet homme des tempétes avait de l'Ivan le terrible en lui, du Pierre le Grand mais un Ivan ou un Pierre rouge, bolchevick, au service exclusif de son pays et de son peuple et dont la finesse d'analyse, l'intelligence et la capacité de travail éblouissaient même ses pires ennemis comme Churchill. La reconstruction, la poursuites des projets retardés, rebatir un pays dont le potentiel industriel et agricole a été en grande partie anéanti par une guerre d'extermination -on l'oublie trop souvent- ces objectifs sont mis en cause par une nouvelle croisade anti-communiste dont le coeur, cette fois, est à Washington. Staline y répondra avec la même determination et la même infléxiblité qu'adversaires ou amis lui reconnaissent. De 1947 à 1953 il ripostera coup pour coup.
Mais nos censeurs reviennent à la charge: mais vous avez "oublié" de nous parler du "Goulag" et du "totalitarisme" , cher monsieur! Oui , il vous faudra vous excuser et aprés une autocritique sincére vous aurez le droit de murmurer que les chiffres fournis par l' American History Review donne 2 millions de prisonniers au Goulag en 1939, ce qui est un pic, et sans oublier que 70% d'entre eux étaient de droit commun, ce qui représente moins de prisonniers, par rapport à la population, qu'aux Etats-Unis aujourd'hui! Et que le nombre de morts pendant toute la période "stalinienne" est de 1 million avec la plus grande part (500 000) pendant la guerre ou tout le monde crevait de faim. On est loin des 20 millions de morts annoncés par Hitler en 1924 dans "Mein kampf" et des 100 millions de morts du "Livre noir du communisme", du plus grand historien de tous les temps, monsieur Courtois, le même qui exige un "Nuremberg" pour le communisme, sans doute pour pouvoir finir le travail qu'Hitler n'avait pas pu achever à cause de cet infernal Staline, justement!
A sa mort le peuple soviétique communie dans une immense douleur : tous savent ce qu'ils doivent à Staline, aucun n'a oublié "soeurs, fréres, camarades....."ces mots qui allaient galvaniser et tremper le volonté de résistance du peuple, ils savent que, s' ils savent lire à qui ils le doivent, ils savent que si leurs enfants sont ouvriers, ingenieurs, médecins, professeurs à qui ils le doivent, eux qui ont tant souffert savent qu'il a souffert avec eux : il refusa d'échanger son fils, le colonel Jacob Staline, contre le maréchal Von Paulus," on n'échange qu'un colonel contre un colonel" et son fils mourut. Les sacrifices qu'ils exigeait des autres il s'y soumettait aussi. Ca nous change....
L' homme qui meurt ainsi, adoré comme un dieu, n'aime pas l'apparat, ni l'étiquette,ni même l'adulation,ce ne sont que des outils du pouvoir. Il est austére et vit dans une simplicité spartiate mais son rêve est" grandiose", dira de Gaulle, historique.Il pris en main un pays déchiré, affamé, arriéré, quasi moyenageux et il en fit la deuxième puissance mondiale qui se lanca à l'assaut du cosmos, le pays où on lisait le plus de livres dans le monde et où, plutot que de faire un tiercé, on jouait aux échecs. Dans des conditions- qu'il faut toujours avoir à l'esprit car "il faut juger alors avec les yeux d'alors" aurait dit Aragon - d'une violence et d'une dureté extémes, des circonstances historiques terribles et implacables,il fut l'homme, violent et dur, terrible et implacable, à qui nous devons notre liberté et notre vie et qui concrétisa le rêve de Spartacus : "je reviendrais et je serais des millions".


suis-je aussi ignorant ou est-ce les antistaliniens de base qui refusent de voir la réalité en face?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Uranium
Admin
avatar

Nombre de messages : 848
Localisation : Antibes
Date d'inscription : 18/01/2007

MessageSujet: Re: Personnage historique   Mer 21 Fév - 17:51

Je pense qu'il faudrait créer un topic pour Napoléon et un pour Staline.

Lansraad je te laisse t'occuper de celui de Napoléon.
Karl Marx idem pour celui de Staline.

Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://culturama.frbb.net
Imagine
Van Damme
avatar

Nombre de messages : 544
Age : 27
Date d'inscription : 20/01/2007

MessageSujet: Re: Personnage historique   Mer 21 Fév - 21:03

Citation :
Celle là était bien bonne. Les Ruses utilisaient la technique de la Terre Brulée... Il n'y avait rien sur le passage des troupes françaises.
Décidément cette campagne de Russie, c'est quelque chose ! Petite précision concernant la politique de la terre brûlée...
Elle a bien été utilisée lors de l'invasion de juin 1812 par les armées russes. Sauf que... c'est une stratégie de retraite, c'est-à-dire que les soldats français avaient parfaitement le temps de violer et massacrer sur leur passage lors de leur invasion. Il n'y avait rien sur le passage des troupes françaises lors de leur propre retraite après Borodino !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stcdp.bbfr.net/
Toubib
Van Damme
avatar

Nombre de messages : 533
Age : 30
Localisation : Grenoble
Date d'inscription : 14/02/2007

MessageSujet: Re: Personnage historique   Mer 21 Fév - 21:14

En se qui conserne les viol et les massacre, tu sais, c'est pareil dans tous les armé et pour toute les guerres, alors...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Imagine
Van Damme
avatar

Nombre de messages : 544
Age : 27
Date d'inscription : 20/01/2007

MessageSujet: Re: Personnage historique   Mer 21 Fév - 22:09

Effectivement mais ce n'en est pas moins blâmable pour autant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stcdp.bbfr.net/
Toubib
Van Damme
avatar

Nombre de messages : 533
Age : 30
Localisation : Grenoble
Date d'inscription : 14/02/2007

MessageSujet: Re: Personnage historique   Mer 21 Fév - 22:32

Moi je trouve que ce n'ets pas blamable, ce qui est blamable, c'est qu'une foi conquit et la guerre terminé, il y est encore des exactions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Personnage historique   

Revenir en haut Aller en bas
 
Personnage historique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Merlin, personnage historique
» Jesus, personnage historique ou mythique ?
» Joute N°2 "Jésus est-il un personnage historique ou mythique ?"
» La Mésopotamie
» Bibliothèque multi-médias : Confucius " La Vie du Sage " en vidéo qualité HD

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cercle des Camarades de la Culture et de la Politique :: Culturama :: Histoire - Géographie-
Sauter vers: