Cercle des Camarades de la Culture et de la Politique

Forum non-orienté dédié à la culture et à l'entraide scolaire
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Poésie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Imagine
Van Damme
avatar

Nombre de messages : 544
Age : 27
Date d'inscription : 20/01/2007

MessageSujet: Poésie   Sam 20 Jan - 14:24

Chers camarades,
portant un grand intérêt à la poésie de la fin du XIXe et à celle du XXe siècle, il me tarde de commencer avec vous un débat sur la question suivante :
La chute du paradigme romantique et les avatars des tournants artistiques décadent, symboliste, surréaliste et suivants qui ratifient successivement la modification voire la perte du rythme, de la rime, du vers, et du mot, ont-ils engendré le lyrisme et la présence ou bien détruit l'archétype immaculé que cristallisait la création poétique ?
En espérant susciter en vous des réactions (argumentées) des plus intéressantes !

Imagine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stcdp.bbfr.net/
Uranium
Admin
avatar

Nombre de messages : 848
Localisation : Antibes
Date d'inscription : 18/01/2007

MessageSujet: Re: Poésie   Dim 21 Jan - 18:52

La question n'est pas des plus simples.
Pour l'instant, je vais donc me contenter d'apporter une petite pierre à cet édifice.

Le paradigme romantique est né au XVIII ème siècle. Chez les poètes, il s'exprime nottament par la revendiquation du "je", élément qu'on retrouve dans la poésie lyrique dont on dit souvent qu'elle est née aussi au XVIII grâce à l'épanouissement du romantisme.

Mais, en réalité, le lyrisme est né bien avant. Un lyrisme quelque peu stéréotypé est né au Moyen Age dans les oeuvres de Bernard de Ventadour et de Richard Coeur de Lion. Mais, lors de la Renaissance des poètes comme Ronsard et Du Bellay ont enrichi l'expression lyrique. Il n'y a qu'à penser au sonnet.
Enfin, nous assisterons à un renouveau du lyrisme au XVIII siècle dû, comme nous l'avons dit, à l'apparition des romantiques.

Nous voyons bien que l'apparition du lyrisme est antérieure au romantisme et aux mouvements décadents (comme par exemple le surréalisme).
Dès lors, la question ne se pose pas.

Mais, si on considère la question en réduisant le lyrisme au nouveau lyrisme, celui du XVIII siècle, alors la réponse est tout autre.
Je m'y pencherai donc prochainement. D'ailleurs, la destruction de l'archétype immaculé que cristallisait la création poétique engendrée par ces mouvements me parait être une thèse tout à fait intéressante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://culturama.frbb.net
Imagine
Van Damme
avatar

Nombre de messages : 544
Age : 27
Date d'inscription : 20/01/2007

MessageSujet: Re: Poésie   Lun 22 Jan - 23:15

Avant toute chose je voudrais corriger un élément de ton explication, camarade Uranium, le surréalisme n'est pas un mouvement décadent. Le seul mouvement décadent, c'est le décadentisme (sa grande figure est Tristan Corbière, dont nous parlerons plus tard).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stcdp.bbfr.net/
Imagine
Van Damme
avatar

Nombre de messages : 544
Age : 27
Date d'inscription : 20/01/2007

MessageSujet: Re: Poésie   Mar 23 Jan - 0:00

Camarades,
Il semble que le moment soit venu d'entamer ma réflexion sur le sujet et je vais tenter d'introduire le problème pour ensuite, au fil du temps, essayer de me montrer le plus complet possible.

I. Analyse historique
A. Jusqu'au romantisme
D'un point de vue historique, il est vrai que l'idéal de l'amour courtois a sans doute mis en place les premières pierres de l'édifice en accordant une place nouvelle à la femme à la fin du Moyen-Âge, au moment de délaisser les combats de chevaliers pour des sujets plus intellectuels.
Entre temps, la notion de lyrisme s'est développée au cours du XVIe siècle, principalement avec Ronsard, qui célèbre ses sentiments mais place la femme au centre du souffle poétique, par le biais de descriptions élogieuses qui la transfigure.

Le soir qu'Amour vous fit en la salle descendre
Pour danser d'artifice un beau ballet d'Amour,
Vos yeux bien qu'il fût nuit ramenèrent le jour
Tant ils surent d'éclairs par la place répandre.

(Sonnets à Hélène)

Chez Voiture et dans la poésie précieuse en général, on retrouve le goût de la description sentimentale, mais elle passe par l'épuration des termes, par la galanterie et surtout, encore et toujours par le portrait de la femme aimée.
C'est en réalité à la fin du XVIIIe siècle, en Allemagne, que naît le lyrisme dans son acception moderne : le Sturm und Drang (littéralement Tempête et Passion) le produisent. Les oeuvres de Schiller, mais surtout de Goethe avec Les Souffrances du jeune Werther, expriment les sentiments selon une optique nouvelle qui ne s'appuie plus tant sur la mise en valeur de l'être aimé que sur les états d'esprit du poète et surtout sa plainte de s'en voir détaché. Il y a un retour à la figure d'Orphée(le lyrisme vient de là) qui pleure son Eurydice mordue par un serpent. Le romantisme qui découle directement de la poésie allemande du XVIIIe explosera en France dès le début du siècle suivant. Porté par Victor Hugo, Alfred de Musset, Alphonse de Lamartine et tant d'autres, il révolutionne la vision amoureuse dans le fond et par là incarne ce qu'il faut entendre comme le paradigme romantique.

Un seul être vous manque, et tout est dépeuplé.
Que le tour du soleil ou commence ou s'achève,
D'un oeil indifférent je le suis dans son cours ;
En un ciel sombre ou pur qu'il se couche ou se lève,
Qu'importe le soleil ? je n'attends rien des jours.

("L'isolement", Méditations Poétiques)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stcdp.bbfr.net/
Imagine
Van Damme
avatar

Nombre de messages : 544
Age : 27
Date d'inscription : 20/01/2007

MessageSujet: Re: Poésie   Mar 23 Jan - 0:18

B. Une coupure ?

S'il y a une coupure par rapport à cet idéal, elle ne peut passer que par Baudelaire. Au niveau de la forme à proprement parler, s'il n'est pas l'instigateur même de la poésie en prose (Aloysius Bertrand avait écrit Gaspard de la nuit avant lui), il révolutionne la pensée poétique lyrique. Les poètes romantiques mettaient la plainte en exergue (depuis les Elégies de Chénier) dans un absolu profond et clair, Baudelaire sera le premier artiste de l'ambiguïté volontaire, de l'auto-conscience d'être un poète maudit et d'un goût à la fois esthétique et idéologique pour ce trouble. C'est pour cette raison qu'il serait erroné de taxer Baudelaire de romantique, il est une frontière, une charnière entre ce passé et l'avenir décadent et symboliste.

Je te donne ces vers afin que si mon nom
Aborde heureusement aux époques lointaines,
Et fait rêver un soir les cervelles humaines,
Vaisseau favorisé par un grand aquilon,

Ta mémoire, pareille aux fables incertaines,
Fatigue le lecteur ainsi qu'un tympanon,
Et par un fraternel et mystique chaînon
Reste comme pendue à mes rimes hautaines ;

(Les Fleurs du Mal)

Il ne combat pas tant le Spleen qu'il ne le cherche. Le mal du siècle romantique était presque froid face à lui car il était trop clair et trop immaculé en comparaison de ce que ressent Baudelaire. Le lyrisme, s’il ne meurt, se modifie en une recherche étrange vers une nouvelle forme d’expression.

Le beau est toujours bizarre.
(Exposition Universelle)

Car c’est bien par sur le plan de la forme que la modification va se répercuter. Le changement lyrique devient changement prosodique. Baudelaire et Bertrand nous détruisent le vers. Hugo avait voulu timidement mettre

un bonnet rouge au vieux dictionnaire
( Réponse à un acte d’accusation )

Les réformes sont ici d’un tout autre rang et mènent à s’interroger sur la poésie en tant que telle et sur son lien aux règles qui le régissent et qui furent éditées en alexandrins par celui qui n’est pourtant en aucun cas un poète : Boileau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stcdp.bbfr.net/
Uranium
Admin
avatar

Nombre de messages : 848
Localisation : Antibes
Date d'inscription : 18/01/2007

MessageSujet: Re: Poésie   Mar 23 Jan - 1:04

En effet, la poésie — du latin poesis venant du grec ποιεῖν (« poiein »), « faire, créer » — est un art du langage visant à suggérer et à faire connaître quelque chose par le rythme, l'harmonie et l'image.
En ce sens, Boileau serait un poète... Et pourtant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://culturama.frbb.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Poésie   

Revenir en haut Aller en bas
 
Poésie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cercle des Camarades de la Culture et de la Politique :: Culturama :: Littérature-
Sauter vers: